La nef et la verrière du Grand Palais sont en pleine rénovation !

Pour les Jeux Olympiques de 2024, les fameuses épreuves d’escrime et de taekwendo seront à l’oeuvre de juillet à août, qui succèderont aux jeux paralympiques … le tout au Grand Palais. Mais depuis mars 2021, le bâtiment a fermé ses portes pour retravailler sa nef. Sera-t-il prêt pour la compétition ?

Un lieu précieux pour le sport

Les représentants de cet écosystème sportif sont très heureux que la compétition se déroule ici : le monument représente un réel prestige, un véritable “lieu idéal” selon Bruno Gares. Car depuis Paris, de belles images seront diffusées à l’internationalMais le travail derrière ce plaisir des yeux n’en reste pas moins colossal. En effet, la nef en impose. Cette dernière mesure 200m de long, 50m de large, et sa verrière de 35m de haut. Le problème ? Il n’y a jamais eu de réelle rénovation auparavant; pourtant, la nef est très fragile et d’autres problèmes techniques ont été déclarés sur le site… 

Par contrainte de temps, les travaux ne concernent pas le site entier, mais les organisateurs de l’événement comptent bien donner un nouveau souffle à cette grande verrière pour 2024. On compte à l’heure actuelle 200 ouvriers, et bientôt 600 pour septembre. Tout un programme est orchestré pour accueillir comme il se doit les sportifs !

Ce Palais, lieu si Grand de la science et des arts, reste un site inattendu pour du sport … Ce qui fait tout l’enjeu et le prestige de l’événement. Loin d’être un stade, c’est une structure chargée d’histoire, construite pour l’Exposition universelle il y a déjà plus d’un siècle. Pour l’heure, de multiples événements de haute culture s’y sont déroulés, des expositions étonnantes d’art contemporain, à un défilé de Chanel, des fêtes foraines, du patinage, toujours avec une coloration élégante et avant-gardiste

Noémie Wuchsa

A lire également : Rungis s’invite au Grand Palais pour le festival du bien manger

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités