bataclan

La France métropolitaine toute entière est passée en zone verte et on s’en réjouit, mais si l’activité reprend doucement dans la plupart des secteurs, notamment culturel, la branche du spectacle vivant est toujours en grande difficulté. Contrairement aux cinémas qui vont pouvoir rouvrir bientôt en laissant des sièges vacants, les théâtres et salles de concerts ont trop de frais pour ne pas tourner à plein régime… Autant dire qu’il faudra attendre plusieurs mois avant qu’ils sortent la tête de l’eau !

Au milieu de cette crise inédite, le groupe Lagardère met en vente un pack complet de salles de spectacles comprenant le Casino de Paris, les Folies Bergère, le Bataclan, ainsi que la concession des Arenas de Bordeaux et d’Aix-en Provence. En prime, quelques tournées d’artistes comme celles de M, Jean-Louis Aubert ou Florent Pagny sont à pourvoir… Le moment est peut-être mal choisi pour espérer faire des affaires.

Un secteur en grande difficulté

C’est une offre a 70 millions d’euros qu’Arnaud Lagardère propose pour l’acquisition de l’ensemble de son pôle Entertainment. Les premiers acheteurs potentiels comme Fimalac Entertainment, Vivendi ou Live Nation ont déjà décliné. En même temps, mis à terre par le Coronavirus pour une durée indéterminée, les grands groupes ont déjà du mal à rentrer dans leurs frais sans activité dans leurs propres salles. De surcroît, le prix particulièrement élevé de l’offre peut en rebuter plus d’un en cette période compliquée.

Ainsi, pour les repreneurs potentiels, il s’agira d’abord de remettre en marche leurs propres salles et de rentabiliser leurs spectacles à la rentrée malgré les mesures sanitaires. Autre problème et pas des moindres : si le Casino de Paris et les Folies Bergère sont deux salles historiques qui pourraient être largement convoitées, les travaux à réaliser y sont d’envergure. En effet, le groupe Lagardère n’a jamais effectué de grandes opérations de rénovation, ce qui obligera le prochain acquéreur à débourser plusieurs millions supplémentaires pour une remise à neuf. Quant au Bataclan, il souffre encore d’une sous-fréquentation depuis les attentats de 2015, ce qui nécessitera une campagne de communication convaincante pour la prochaine saison. Affaire à suivre…

À lire également : Coronavirus : les bouquinistes de Paris en grande difficulté

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités