fbpx

Deux installations monumentales plongent le palais d'Iéna dans des couleurs flamboyantes

Daniel Buren, Photo-souvenir : Allegro, ma non troppo, travail in situ, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. © DB-ADAGP, 2023 Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA - Michelangelo Pistoletto, Divisione - Moltiplicazione, 1973-2023, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA © Photo : Hafid Lhachmi
Par Romane Fraysse

Dans le cadre de la foire Paris +, les artistes Daniel Buren et Michelangelo Pistoletto proposent une exposition à quatre mains au sein du palais d’Iéna. Le lieu, entièrement métamorphosé par de vives lumières colorées, est à visiter gratuitement jusqu’au 29 octobre 2023.

Les illuminations du palais d’Iéna 

Depuis quelques jours, le palais d’Iéna se voit entièrement transformé par deux grandes installations qui resteront jusqu’au 29 octobre 2023. Et pas n’importe lesquelles, puisque celles-ci proviennent de l’esprit de deux grands artistes contemporains : le Français Daniel Buren et l’Italien Michelangelo Pistoletto. Le premier a conçu d’immenses vitraux qui irradient l’espace de lumières colorées, en résonnance avec l’oeuvre du second, qui investit le centre de l’édifice avec une multitude de miroirs. Une belle métamorphose pour l’austère palais d’Iéna, construit par l’architecte Auguste Perret en 1937, qui accueille finalement le siège du Conseil économique, social et environnemental et de la Chambre de commerce internationale.

Daniel Buren, Photo-souvenir : Allegro, ma non troppo, travail in situ, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. © DB-ADAGP, 2023 Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA – Michelangelo Pistoletto, Divisione – Moltiplicazione, 1973-2023, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA © Photo : Hafid Lhachmi
Daniel Buren, Photo-souvenir : Allegro, ma non troppo, travail in situ, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. © DB-ADAGP, 2023 Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA – Michelangelo Pistoletto, Divisione – Moltiplicazione, 1973-2023, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA © Photo : Hafid Lhachmi

Une immersion dans la couleur

Dénommés Allegro na non troppo, les vitraux de Daniel Buren sont composés de films bleu, jaune, rouge, vert, violet qui flamboient dans tout l’espace du palais. Celles-ci dialoguent avec l’architecture d’Auguste Perret à travers des formes triangulaires qui font écho aux moucharabiés, eux-mêmes inspirés par le plan d’ensemble de l’édifice. Avec son installation Divisione-Moltiplicazione, Michelangelo Pistoletto souhaite créer un “big bang des miroirs” en alignant toute une série au centre de l’espace. Sur chacun d’entre eux, on peut voir apparaître son fameux symbole constitué de trois boucles, un symbole de la création qu’il nomme le “Troisième Paradis“. Progressivement, ces miroirs pliés comme des livres semblent vouloir s’ouvrir, jusqu’au dernier, entièrement plat, qui incarne la fin de l’univers. Malgré cette note sombre, l’édifice rayonne de mille feux, et offre un spectacle inédit dans ce bâtiment redécouvert.

Palais d’Iéna
9 place d’Iéna, 75016 Paris
Jusqu’au 29 octobre 2023

À lire également : Les 12 grandes expositions parisiennes à découvrir à la rentrée

Image à la une : Daniel Buren, Photo-souvenir : Allegro, ma non troppo, travail in situ, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. © DB-ADAGP, 2023 Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA – Michelangelo Pistoletto, Divisione – Moltiplicazione, 1973-2023, Palais Iena, Paris, 2023, Détail. Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA © Photo : Hafid Lhachmi



Visite Guidée
Le Marais Paris

Le Marais hors des sentiers battus

Je m'inscris

News populaire