fbpx

Portrait de Salvador Dalí, le surréaliste aux montres molles

Salvador Dalí en 1939
Par Romane Fraysse

Connu pour être un personnage excentrique, Salvador Dalí est l’un des représentants du surréalisme. Avec ses Montres molles et ses moustaches hirsutes, l’artiste a développé un univers fantasmagorique, nourri par ses peurs existentielles.

“Je naquis double”

Salvador Dalí est né le  son enfance, l’artiste se sent être le double d’un autre, après la mort d’un premier enfant dans la famille. En effet, son grand frère, également nommé Salvador, disparait à l’âge de 2 ans, emporté par une gastro-entérite infectieuse. Les parents de l’artiste lui auraient alors dit qu’il en était la réincarnation : “Je naquis double. Mon frère, premier essai de moi-même, génie extrême et donc non viable, avait tout de même vécu sept ans avant que les circuits accélérés de son cerveau ne prennent feu”.

Le jeune Salvador Dali
Le jeune Salvador Dali

Il a co-écrit deux films

Après avoir été formé à la peinture impressionniste par un artiste local du nom Ramón Pichot, Dalí se forme à École des beaux-arts de Madrid, puis débarque à Paris en 1927, où il rencontre le groupe des surréalistes, ainsi que Gala, qui deviendra sa femme. En s’essayant au cinéma aux côtés de Luis Buñuel, avec qui il crée Un Chien andalou (1929) et L’Âge d’or (1930), l’artiste se forge peu à peu une identité en s’inspirant des mouvements d’avant-garde qui fleurissent dans la capitale française.

Dalí aménage son atelier improvisé au zoo de Vincennes
Dalí aménage son atelier improvisé au zoo de Vincennes

“Le surréalisme, c’est moi !”

Habitué à la provocation, Salvador Dalí aurait déclaré “Le surréalisme, c’est moi !”. Malgré des relations houleuses avec André Breton, l’artiste s’inscrit dans des recherches similaires autour du psychique, du fantasme et de l’irrationnel. Dans les années 1930, celui-ci invente d’ailleurs sa méthode “paranoïaque-critique“, une auto-analyse des images obsédantes qui lui viennent à l’esprit. Ces réflexions le mènent d’ailleurs à créer certaines de ses toiles les plus célèbres, comme La Persistance de la mémoire.

Salvador Dalí, La Tentation de saint Antoine, 1946
Salvador Dalí, La Tentation de saint Antoine, 1946

On lui doit les fameuses montres molles

Peint en 1931, La Persistance de la mémoire est souvent nommée “Les Montres molles“. En effet, cette toile présente un paysage de Portlligat dans lequel de grandes montres à gousset semblent devenir liquides. Cette image surréaliste incarne l’angoisse de la mort omniprésente dans l’oeuvre de Dalí, obsédé par le passage du temps. Par la méthode paranoïaque-critique, celui-ci est parvenu à faire surgir ses peurs les plus profondes au grand jour de la conscience.

Salvador Dalí, La Persistance de la mémoire, 1931
Salvador Dalí, La Persistance de la mémoire, 1931

À lire également : Matisse, Saint Phalle, Dalí… ces rares entretiens filmés où les artistes parlent de leur art

Image à la une : Salvador Dalí en 1939



Visite Guidée
Théâtre Robert Houdin

Le Paris des Magiciens

Complet

News populaire