ranelagh-statue-pariszigzag

On veut de l’air ! Tant mieux, le jardin du Ranelagh est là…A l’orée du bois de Boulogne, le jardin du Ranelagh subit un isolement relatif, à l’écart du centre-ville. Justement, il n’en fallait pas plus pour attirer notre curiosité sur ce jardin, aux nombreuses caractéristiques insolites, et à la biodiversité parmi la plus riche de Paris.

Il était une fois le « Ranelagh »

ranelagh-pelouse-paris-zigzag
Crédit : Léonard Barbulesco

Avant de prendre la forme du jardin public feuillu et fourni que nous lui connaissons actuellement, le terrain appartenait au domaine du château de la Muette. Dans les années 1770, de nombreux bals y prenaient place, à l’imitation des « dancing » organisés à Londres, à la même époque par un certain Lord Ranelagh… d’où le nom donné à ce jardin. La reine Marie-Antoinette, férue de danse, aimait d’ailleurs se rendre dans ces bals du Ranelagh, près du Bois de Boulogne : c’était l’un des dancefloor les plus prisés de la fin du XVIIIe siècle ! Même après la Révolution, le jardin continue d’être un lieu de fête, c’est notamment là que sera célébré, le 20 juin 1790, le premier anniversaire du serment jeu de Paume (bal auquel participe un certain Robespierre…). Si le bal du Ranelagh disparu en 1860, en revanche, certains marronniers ont traversé les siècles, et seraient donc les derniers témoins oculaires de cette période riche en festivités !

Un jardin au charme délicieusement suranné

Surtout, c’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que le jardin du Ranelagh est réaménagé, sous l’impulsion du Baron Hausmann, et devient l’un des parcs les plus renommés de la capitale ! D’une superficie de plus de 60 000 m2, le jardin adoptera la forme triangulaire que nous lui connaissons maintenant. Le style souhaité est celui d’un jardin à l’anglaise, c’est-à-dire adoptant des canons esthétiques centrés autour de la mise en valeur du sauvage, de la forêt.

ranelagh-bois-paris-zigzag
crédit : Léonard Barbulesco

Emblématique du tournant urbanistique et paysager opéré au XIXe siècle, le Ranelagh possède divers espaces récréatifs, encore actifs, remontant à l’âge d’or haussmannien. En plus de son kiosque à musique, digne d’un tableau de Renoir, le jardin est orné de statues, réalisées à partir des années 1870. En outre, le jardin du Ranelagh est très réputé pour ses attractions anciennes à destination des enfants : en cela, son théâtre de marionnettes est notoire, de même qu’on observe au Ranelagh la présence du dernier manège de chevaux de bois sans moteur, que l’on tourne à la manivelle par la force des bras ! Les enfants, munis d’une petite baguette en bois, à califourchon sur les petits chevaux, doivent tenter d’attraper les anneaux suspendus au-dessus de leurs têtes pour avoir droit à un tour gratuit. A la simple vue de ce carrousel qui n’a cessé de tourner depuis 1870, vous retomberez immédiatement en enfance ! Des petits poneys, que l’on voit régulièrement traverser le parc, offriront également une joyeuse promenade aux plus petits.

C’est ici la restitution d’une atmosphère “belle époque” qui se fait jour, à l’ombre des marronniers.

Un lieu de promenade distingué

Jardin très fréquenté par les diplomates, du fait de la forte concentration d’ambassades dans le quartier, le Ranelagh est aussi le rendez-vous de nos amis les Chiens. Ces derniers se retrouvent chaque semaine par centaine, en compagnie de leur maître, pour jouer et courir les vastes espaces verdurés du jardin.

ambassade-ranelagh-paris-zigzag
Ambassade Crédit : Léonard Barbulesco

Parmi l’une des nombreuses autres pépites du jardin, nous pouvons évoquer la petite ceinture, ancien tracé ferroviaire actif de 1853 à 1990. La voie est désaffectée en 1993, ce qui laisse le champ libre à la reconquête de cet espace par la faune et la flore : ici, la nature reprend ses droits, et donne à voir un espace boisé assez dense.  Cette petite ceinture est une aujourd’hui une promenade confidentielle, en forme de « sentier écologique », de plus d’un 1km de long, à l’abri de la circulation et ponctuée par six étapes pédagogiques pour en apprendre plus sur la faune et flore parisienne. Ce petit corridor écologique est ici un refuge, à l’écart de la pollution, pour les oiseaux, papillons et plantes grimpantes !

petite-ceinture-paris-zigzag
la petite ceinture. Crédit : léonard Barbulesco

A noter enfin que le jardin du Ranelagh a la particularité rare pour un parc parisien d’être ouvert toutes les heures, de jour comme de nuit ! Nulle doute que le jardin du Ranelagh sera votre sanctuaire de fraîcheur lors des prochaines soirées caniculaires…

La visite de l’agréable musée Marmottan, qui borde le jardin, pourra également égayer votre future escapade ensoleillée au Ranelagh !

Infos pratiques : 
Le jardin du Ranelagh, 1 avenue Prudhon, Paris 16
Métro : Ranelagh, La Muette (ligne 9)
horaires d’ouverture : ouvert 24/24h.

A lire également :
Le jardin atlantique, une pause rafraîchissante ! 
Où piquer-niquer à Paris ? 
Et si vous vous promeniez dans vos bois ?