fbpx

Savez-vous jusqu'à combien le thermomètre de la ville de Paris a déjà chuté dans le passé ?

Hiver à Paris © Adobe Stock
Par Alexandre M

C’est un sujet que les rédactions et journaux télévisés n’ont pas manqué de couvrir il y a quelques jours : le retour de la neige. Beaucoup de communes, y compris Paris, se sont réveillées avec un important voile blanc sur elles, l’occasion d’offrir de belles images de paysages enneigés. Mais, malgré la beauté de certains clichés, cet épisode de neige a aussi rappelé les complications que peuvent engendrer ces tombées : la difficulté de circuler, des accidents et, bien entendu, des températures plus froides et donc plus difficiles à vivre. Si cet épisode de neige de début d’année n’a heureusement pas duré à Paris, il est arrivé par le passé que la capitale se retrouve victime d’un hiver intense et violent… au point d’assister à des scènes invraisemblables.

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Un scénario digne d’un film-catastrophe

Après deux hivers secs et anticycloniques en France, cet hiver 2023-2024 est parti sur des bases différentes. Les fortes précipitations ont conduit à des inondations dans certaines régions de France, causant ainsi de gros dégâts pour de nombreux foyers. Malgré un court épisode de neige, c’est bel et bien l’humidité qui devrait être le maître-mot de cet hiver 2023-2024. Une chose devrait être à peu près sûre : le thermomètre ne devrait pas chuter à des températures incroyables. Il faut en fait plonger dans les annales de la ville de Paris pour retrouver la trace d’un hiver qui se distingue par son intensité et ses records de froid. Ce même hiver qui fut la source de récits glaçants, figeant Paris et ses habitants sous la glace. Pour cela, il faut remonter le temps jusqu’en 1879. Parfait représentant de cette période inimaginable, le mois de décembre de l’époque est tout simplement le mois le plus froid observé à Paris, toutes périodes confondues, depuis le début des mesures météorologiques. Le record absolu a même été battu au parc Montsouris, avec une température de -23,9 °C. Dans la nuit du 10 décembre, à la station voisine de Saint-Maur (Val de Marne), les thermomètres sont même descendus jusqu’à -25,6 °C.

La Seine figée en plein hiver 1879 © Le Parisien 
La Seine figée en plein hiver 1879 © Le Parisien

Un quotidien fortement bouleversé pour les Parisiens

L’image la plus emblématique et représentative de ce violent épisode polaire à Paris nous vient de l’un des symboles de la capitale : la Seine. Le majestueux cours d’eau et véritable artère vitale de la capitale n’a bien entendu pas échappé à ces températures plus que négatives, devenant ainsi un gigantesque fleuve gelé. De quoi offrir des scènes uniques, à jamais gravées dans l’histoire de la ville de Paris. Au-delà de frigorifier ses habitants, ce froid inédit a eu un impact terrible sur la vie quotidienne des Parisiens. L’effervescence et le dynamisme de Paris ont laissé place à la paralysie, tandis que les rues habituellement animées sont devenues des déserts de glace, tout comme les marchés et autres lieux de rencontre. Bien que cet hiver rigoureux fut assurément une épreuve, il demeure également pour les Parisiens une leçon sur la résilience humaine. L’ingéniosité et la solidarité furent la clé pour surmonter les difficultés, les principaux défis étant de s’adapter à ce climat inhabituel, trouver des moyens de se réchauffer, de se nourrir et de continuer à vivre malgré les conditions extrêmes.

La vie des Parisiens fortement perturbée © FranceInfo
La vie des Parisiens fortement perturbée © FranceInfo

http://bit.ly/visitespariszigzag

Des hivers tout aussi rigoureux dans la (longue) histoire de Paris

Des épisodes similaires, bien que moins extrêmes, se sont reproduits au fil des siècles, comme en 1963, connu pour être le plus long hiver du 20ème siècle, ou en 1956, qui est à ce jour le dernier grand gel de la Seine. Avec le dérèglement climatique, ce type d’épisode se raréfie alors qu’au XIXe siècle, cela arrivait à peu près… tous les 15 ans ! Des hivers rigoureux, Paris en a bien connu, et ce bien avant l’épisode de 1879. En 975, la ville est recouverte d’une épaisse couche de neige jusqu’au mois de mai, donnant naissance à des scènes surréalistes : en plus d’une famine dévastatrice, des loups sont aperçus dans la ville et l’épaisseur de la neige dépasse parfois la taille d’un homme. En 1407, la ville vit à nouveau l’un des hivers les plus froids du Moyen-Âge, avec 66 jours de gelées consécutives. Tandis que la Seine gèle, les ponts du Petit-Châtelet et Saint-Michel sont littéralement emportés par les glaces. Autant d’hivers aux conséquences désastreuses : le dégel provoquant des inondations, endommageant les ponts et affectant les cultures autour de Paris, la famine suivait généralement ces hivers rigoureux comme en 1684, où les récoltes furent tellement mauvaises que même des familles nobles furent touchées. De telles images et situations qui ont de très faibles chances de se reproduire à nouveau et, comme souvent, seules demeurent les archives pour (re)découvrir les images impressionnantes d’un Paris paralysé par un violent “manteau blanc” !

 

À lire également : Comment une simple guinguette du XIXe siècle est devenue une salle de spectacle mythique de Paris ?

Image à la une : Hiver à Paris © Adobe Stock

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l



Visite Guidée
Paris la nuit avec du brouillard

Le Paris du crime

Complet

News populaire