Qui était Bienvenüe, le père du métro parisien ?

Vous pensiez que l’on vous réservait un accueil chaleureux à la station Montparnasse ? Sans doute, mais ce qui est certain c’est que « Bienvenüe » n’est pas une marque de sympathie des Parisiens, mais bien l’hommage rendu en 1933 à l’ingénieur français Fulgence Marie Auguste Bienvenüe aussi connu sous le surnom de « père du métro ».

Un homme « brillant comme l’éclair »

Cadet d’une famille de 13 enfants, Fulgence Bienvenüe naît en 1852 à Uzel, non loin de Saint-Brieuc. Fils d’un éminent notaire, son prénom provient du latin fulgentius« brillant comme l’éclair ». Un nom bien mérité ! Bienvenüe obtient son baccalauréat en philosophie à tout juste 15 ans. Non content de cette réussite, il en passe un second, scientifique cette fois, afin d’intégrer Polytechnique, puis l’école d’ingénieur des Ponts et Chaussées avec succès. En 1875, il devient inspecteur général des Ponts et Chaussées.

© Rue des Archives / Tallandier

« Aucune œuvre ne fut plus indispensable et d’intérêt plus général que le métropolitain »

Amputé de son bras gauche, dont il dira avec humour avoir été « exproprié », après un accident sur l’installation d’une voie en 1881, Bienvenüe s’engage pour la ville de Paris à partir de 1884. Il fait d’abord construire la ligne de train Paris-Strasbourg et contrôle les chemins de fer du Nord.

À partir de 1886, il poursuit les travaux d’aménagements de la capitale lancés sous Haussmann et fait percer l’avenue de la République. Il est aussi à l’origine de la conception du tramway funiculaire de Belleville ! Mais le vrai « chantier » qu’entreprend Bienvenüe, et pour lequel il dédiera sa vie, reste le métropolitain, considérant qu’« aucune œuvre ne fut plus indispensable et d’intérêt plus général que le métropolitain ».

Il présente, avec Edmond Huet, son avant-projet en 1895 : un réseau de chemin de fer métropolitain souterrain à voie étroite et traction électrique pour faciliter les déplacements à l’intérieur de Paris. Il n’est, certes, pas l’inventeur du chemin de fer souterrain –  le premier métro est réalisé à Londres – mais sa réussite reste grande : il est le premier à convaincre les grands décideurs parisiens qu’un train sous la terre serait vraiment une bonne idée pour la ville ! En effet, depuis 1851, le conseil municipal se heurtait à l’opposition des grandes compagnies de chemin de fer, soutenues par l’État, qui souhaitaient le simple prolongement de leurs lignes en surface.

Le métro parisien, l’oeuvre d’une vie pour Bienvenüe

Définitivement adopté en 1898, le projet est désigné « d’intérêt public » en vue de la tenue de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. La première ligne s’étend de la porte de Vincennes à la porte Maillot et est inaugurée, en présence de Bienvenüe, le 19 juillet 1900. Ce dernier, élevé au rang de Grand-Croix de la Légion d’honneur en 1929 pour ses services rendus à la Ville de Paris continuera de superviser la construction du métropolitain jusqu’à la fin de sa vie : il ne prendra sa retraite qu’à 80 ans, après avoir aidé à la construction de 12 lignes et 115 kilomètres de réseau  ! Il s’éteint moins de quatre ans plus tard, à l’été 1936, et repose désormais au Père Lachaise.

Timbre à l’effigie de Fulgence Bienvenüe en 1987

À lire également : La vie secrète de la Gare du Nord

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités