Une plongée dans le Paris de Willy Ronis : l’expo à ne pas manquer !

Willy Ronis Paris ZigZag 2

Depuis dix ans maintenant, le Pavillon Carré de Baudouin se place comme l’un des lieux phares de la vie culturelle parisienne en favorisant, par sa gratuité, l’accès à l’art au plus grand nombre. Et c’est justement dans cette ancienne folie du XVIIIe siècle que se déroule, jusqu’au 2 janvier prochain, l’une des expositions les plus réussies de l’année : « Willy Ronis par Willy Ronis ».

Cette rare rétrospective nous propose plus de 200 clichés en noir et blanc capturés par le photographe entre 1926 et 2001 et nous offre une véritable plongée dans l’univers protéiforme d’un homme amoureux de Paris. On la découvre.

L’univers d’un photographe humaniste

Né en août 1910 à Paris, Willy Ronis se positionne – avec Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson ou encore Sabine Weiss – comme l’un des photographes majeurs du courant humaniste français. Ce courant apparu à la fin des années 1930 s’est développé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans un contexte économique propice au repli sur soi, il en prenait l’exact contre-pied en portant un regard poétique, sensible, sur le monde et ses habitants.

Expo Willy Ronis

En parcourant les deux étages du pavillon, on retrouve donc naturellement ce qui fait de Willy Ronis ce grand photographe humaniste : de l’intime, de l’authentique, de l’humain. Et puisqu’au Pavillon Carré de Baudouin nous sommes au coeur de Ménilmontant, port d’attache et terrain de jeu favori de Willy Ronis, la visite commence naturellement par des dizaines de scènes de la vie quotidienne des quartiers populaires de Ménilmontant et Belleville.

Gamins de Belleville, sous l'escalier de la rue Vilin, Paris, 1959

Gamins de Belleville, sous l’escalier de la rue Vilin, Paris, 1959
© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Du bonheur simple d’un groupe d’habitants accoudés au comptoir d’un bistrot aux difficultés vécues par le monde ouvrier, c’est un véritable témoignage du quotidien des Parisiens d’antan qui s’offre à nous. Les explications de Willy Ronis sur ses propres oeuvres, issues des albums composés par le photographe à partir de 1985, permettent aux visiteurs de s’immerger encore plus dans l’univers si vivant du photographe.

Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine

Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Mais cette rétrospective, pensée par thématiques, ne met pas seulement l’accent sur les clichés les plus iconiques du photographe (Le petit parisien ou encore Les amoureux de la Bastille en tête). Elle nous en fait également découvrir des aspects plus méconnus : on découvre tour à tour un Willy Ronis s’essayant aux nus, aux autoportraits mis en scène ou posant son objectif sur la vie des habitants de province.

Expo Willy Ronis

Enfin, une série de films dans lesquels Willy Ronis évoque son travail et raconte ses photos les plus célèbres est projetée dans deux des salles d’exposition du pavillon. Une occasion unique de découvrir pleinement l’univers si riche de ce grand photographe du XXe siècle.

Willy Ronis par Willy Ronis au Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant, 75020
Jusqu’au 2 janvier 2019, du mardi au samedi de 11h à 18h
Entrée libre. Visites guidées gratuites tous les samedis à 11h.

Crédits photo de Une :  Les amoureux de la Bastille, Paris, 1957 © Ministère de la Culture – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis ; Texte et photos de l’exposition : Cyrielle Didier / Paris ZigZag