Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

La mystérieuse statue de la rue de Turbigo

L'ange de la rue de Turbigot
Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

Ange, cariatide, génie ? Personne ne sait avec certitude ce que cette imposante statue représente. En effet, l’on ignore beaucoup de cette sculpture murale qui s’étend sur trois étages le long de la façade du 57 rue de Turbigo, dans le 3e arrondissement.

Drapée à l’antique et soutenant le balcon située au-dessus, elle représente vraisemblablement une cariatide, ses statues de femme venues de la Grèce antique qui soutiennent un entablement sur leur tête. Il s’agit de la théorie la plus souvent retrouvée. Pourtant, il existe une grande différence entre cette statue et les cariatides que l’on trouve habituellement : elle tient le balcon sur sa tête, mais aussi sur ses grandes ailes d’ange. Alors ange ou cariatide ? 

Par ailleurs, elle tient un brin de myrrhe dans sa main gauche et une petite bourse dans sa main droite. Ces attributs feraient-ils de cette statue l’allégorie d’une quelconque idée ? C’est en tout cas ce que pensent ceux qui voient en cette sculpture le génie de la Charité, prêt à donner aux pauvres dans cette rue dont la vocation était, dès sa création en 1854, d’être commerçante.

L'ange de la rue de Turbigot

© Les merveilles de Danielle

Elle aurait été imaginée par un certain Auguste Delange (faut-il voir dans ce nom un indice sur la nature de cette statue ou un pseudonyme bien trouvé ?) en 1851 et installée là lors de la création de cet immeuble haussmannien en 1859. Elle aurait d’abord été pensée pour un concours des Beaux-Arts qui proposait de réaliser un phare en l’honneur du physicien Augustin Fresnel, inventeur d’une lentille destinée aux phares de signalisation. Encore là, le doute reste entier puisqu’on ne retrouve pas de trace d’un tel concours… ni d’un phare en l’honneur du physicien.

Une chose est certaine, les habitants du 57 rue de Turbigo prennent grand soin de cette sculpture murale. La preuve nous a été donnée en 1984 par la réalisatrice Agnès Varda. Pour son court-métrage documentaire « Les dites Cariatides » consacré aux cariatides présentes dans la capitale, elle nous avait présenté cette immense statue de façade :

Où ? 57 rue de Turbigo, 75003
Métro : Arts et Métiers (lignes 3 et 11)

À lire également : Les sculptures les plus inquiétantes de Paris

 

Article du 17 juin 2017

Facebook
Twitter
Google+