Des platanes abattus le long du périphérique : la colère des riverains et écologistes

Ce sont 76 platanes qui ont été abattus le long du périphérique parisien afin de réaménager la zone de la porte de Montreuil. Une action qui déplait à la fois aux riverains et aux militants écologistes.

La colère des parisiens et des associations

Dans une vidéo publiée sur Twitter, le militant écologiste et fondateur du Groupe National de Surveillance des Arbres (GNSA) Thomas Brail s’indigne : « Voyez derrière moi, on a abattu de magnifiques platanes ».  Sa colère se comprend : ces arbres qui bordaient le périphérique parisien à hauteur de la porte de Montreuil, avaient une quarantaine d’années et ils apportaient un peu de vert dans cette zone urbaine.

Thomas Brail n’est pas le seul à se désoler de la fin ces arbres, qui peuvent vivre jusqu’à 600 ans. Les riverains déplorent que le décor urbain se bétonise de plus en plus, surtout lorsque l’on sait le temps qu’un arbre met à pousser.

Thomas Brail assiste à l’abattage d’arbres cinquantenaires, dans le cadre d’un projet de réaménagement porte de Montreuil, à Paris.
© Éric Dessons/JDD

Un projet dévastateur pour la nature

Pourtant, le projet est loin d’être terminé. La mairie prévoit de couper pas moi de 250 arbres dans cette zone afin de l’aménager. Un projet qui prévoit la construction de plusieurs bâtiments, mais également, paradoxalement,  la plantation de nouveaux arbres.

Selon la mairie, les arbres de ce secteur sont « affaiblis », ce que dément formellement Thomas Brail. Le militant affirme que les arbres étaient sains et qu’il n’était pas nécessaires de les couper. Selon lui, cette raison ne tient pas la route.

 

Virginie Paillard

A lire également :

Une plateforme participative pour rencenser “les arbres remarquables” 

Plus de 200 000 arbres plantés pour la création d’une nouvelle forêt en banlieue parisienne

La porte de Montreuil et ses alentours seront bientôt totalement réaménagés

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités