Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

Quatre astuces pour échapper aux files d’attente des musées

Musée du Louvre
Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

Qui n’a jamais renoncé à se rendre à une exposition par appréhension de la foule ? Qui n’a jamais rebroussé chemin devant l’interminable file d’attente menant à la billetterie d’un musée ? Voici nos astuces pour ne plus jamais avoir à faire la queue au musée.

Débusquer les heures creuses

Quand on veut fuir le monde et visiter plus tranquillement un monument ou un musée, la première chose à laquelle on pense est évidemment de s’y rendre aux heures où l’affluence est moindre. Cette période est-elle la même pour le musée du Louvre et le centre Pompidou ? Est-il judicieux de partir du principe que le mercredi tôt le matin est l’heure idéale pour aller dans un musée ? Rien n’est moins sûr car chaque musée a ses spécificités. Il existe cependant de nombreux sites et applications qui permettent de connaître précisément les heures et les jours creux pour chaque musée.

Il y a, par exemple, l’application Affluences, disponible sur iPhone et Android, particulièrement utile pour connaître l’affluence en temps réel dans les bibliothèques et les musées parisiens. Si l’on souhaite connaître, en amont, les heures creuses, on se dirigera plutôt vers le site jaimeattendre.com et sa partie spécialement dédiée aux musées et monuments. Un tableau horaire nous donne alors les grandes tendances de chaque musée en fonction du jour et de l’heure.

Tableau jaimeattendre.com

Les tendances d’affluence pour l’Institut du Monde Arabe, en fonction du jour et de l’heure, sur le site jaimeattendre.com

Profiter des nocturnes

On l’aura remarqué sur le tableau précédent, les heures de fin d’après-midi sont souvent les heures creuses de la journée. Alors on n’hésite surtout pas à se rendre au musée en fin de journée, à partir de 18h notamment, et à profiter des nocturnes proposées par de nombreux musées et établissements culturels parisiens certains jours de la semaine. Le musée du Quai Branly est par exemple ouvert jusqu’à 21h du jeudi au samedi, le Centre Pompidou, jusqu’à 21h tous les jours, sauf le mardi. Le Palais de Tokyo, lui, est ouvert tous les soirs (sauf le mardi) jusqu’à minuit. Pour connaître les musées qui pratiquent les nocturnes et leurs horaires, rendez-vous sur notre article dédié.

Palais de Tokyo

© Palais de Tokyo

Tirer avantage des billets jumelés

A priori, réserver son billet à l’avance peut sembler le meilleur moyen de s’épargner une longue attente. Et pourtant, il y a de nombreux désavantages à procéder de la sorte. D’abord parce que cette méthode est rarement économique : les billets en ligne sont souvent réservés par des touristes qui ne regardent pas à la dépense, les musées n’hésitent donc pas à gonfler les prix. C’est notamment le cas du billet coupe-file des Catacombes qui, en ligne, nous allège de 29 € (entrée + audioguide) contre 22 € si l’achat se fait sur place. D’autant plus qu’il faut se présenter précisément à l’heure dite pour pouvoir bénéficier du coupe-file. Quelques minutes trop tôt ça ne marche pas, quelques minutes trop tard non plus. Bref, c’est pratique et ça permet de s’organiser, mais ce n’est pas forcément le meilleur plan.

Musée de l'Orangerie

© Musée de l’Orangerie

Par contre, on peut clairement tirer avantage des billets jumelés entre deux musées ou monuments. Prendre son billet à la Conciergerie plutôt qu’à la Sainte-Chapelle ou aux tours de Notre-Dame, au musée Delacroix plutôt qu’à l’immense et toujours bondé musée du Louvre, au musée de l’Orangerie plutôt qu’à celui d’Orsay, à la Crypte Archéologique plutôt qu’aux Catacombes,  etc. De nombreux monuments et musées permettent d’acheter un seul et même billet pour deux lieux, souvent proches l’un de l’autre. Cela permet de visiter plusieurs monuments à moindre frais, mais surtout de gagner du temps ! L’idée est d’acquérir son billet dans le musée le moins fréquenté pour pouvoir visiter le musée le plus fréquenté sans passer par la billetterie.

Visiter les musées moins connus

On va sans doute enfoncer une porte ouverte, mais le meilleur moyen d’éviter les files d’attentes, c’est clairement de choisir un lieu qui ne soit jamais bondé ! Heureusement pour nous, Paris fourmille de petits établissements culturels en tout genre, bien moins connus que les mastodontes, mais pas moins intéressants. Alors, on se laisse surprendre et on découvre des lieux auxquels on n’avait pas pensé comme le mémorial de la Shoah, le musée Cognacq-Jay ou encore le musée des Arts Forains.

Mémorial de la Shoah

© Mémorial de la Shoah / Jean-Marc Lebaz et PEW

Et puisque la plupart des musées confidentiels de Paris sont gratuits ou beaucoup moins chers que les « gros » musées, on n’a aucune excuse pour ne pas y faire un tour ! Pour connaître les musées gratuits toute l’année à Paris, rendez-vous sur notre article dédié.

Article du 10 août 2017

Facebook
Twitter
Google+