Vincent van Gogh, Portrait of the Artist, 1889

Si Vincent Van Gogh (1853-1890) est un artiste aujourd’hui mondialement reconnu, il n’en fut pas toujours ainsi. Doué d’une subtil génie, à l’origine de la réalisation de magnifiques tableaux naturalistes, dont on peut citer le ciel étoilé ou encore La Chambre, Vincent Van Gogh était également un homme torturé dont il s’agit ici de retracer les mystères. Enquêtons sur les petits secrets de Van Gogh, à travers cinq anecdotes.

Son premier emploi dans l’art se termine par un licenciement…

Dans les années 1870, Van Gogh occupe un premier emploi dans la vente au sein d’une galerie d’art parisienne. Censé vendre les toiles à des clients parisiens, Vincent Van Gogh fait toutefois passer son sens artistique avant sa fonction et ne se cache pas pour critiquer les toiles ! Ce manque d’investissement dans le travail de vente et la trop grande franchise du jeune Vincent auront raison de son premier emploi dans le monde de l’art.

Van Gogh, un anticonformiste attiré par la vie parisienne

Dans les années 1880, Vincent Van Gogh fréquente les milieux artistes de Montmartre et notamment le dessinateur et peintre Toulouse-Lautrec. Exalté par l’émulation artistique de la capitale, Van Gogh se lance dans une peinture anticonformiste et moderne, sous l’influence des peintres impressionnistes du moment (Gauguin…). C’est à Paris néanmoins que Vincent Van Gogh sombrera dans l’alcool, ce qui affectera gravement sa santé mentale. C’est aussi à Paris que Van Gogh croqua le magnifique jardin du Luxembourg ou encore la ville d’Asnières sur Seine.

Quand Van Gogh s’arracha sa propre oreille

Parmi les anecdotes les plus connues du peintre, l’automutilation de son oreille demeure encore aujourd’hui un mystère non-résolu. En 1888, Paul Gauguin est en vacances à Arles avec son ami Vincent Van Gogh, lorsque ce dernier se mutile à vif l’oreille gauche. D’après la thèse couramment admise, Van Gogh était atteint d’un grave trouble bipolaire qui l’aurait conduit à ce geste particulièrement sordide. Pour d’autres, ce serait à la suite d’une violente bagarre avec Paul Gauguin que le peintre aurait perdu son oreille, par accident. Comble de l’extravagance, Van Gogh aurait par la suite offert l’oreille arrachée à une prostitué… van-gogh-2-paris-zigzag

Un génie incompris de son temps

Si les plus riches milliardaires de notre époque dépenseraient sans compter pour obtenir une toile de Van Gogh, la renommée du peintre, dans la seconde moitié du XIXe siècle, approchait pourtant du néant. Vincent Van Gogh ne vend ainsi qu’un seul tableau, en 1890, pour seulement 400 francs. Ses tableaux audacieux et disruptifs sont la source de moqueries, ce qui lui ferme les portes de toutes les expositions parisiennes. Cette désaffection du public et des spécialistes de l’art blesseront profondément son égo.

Décédé à Auvers-sur-Oise, près de Paris

Parti à Auvers-sur-Oise, dans le Vexin français, pour se reconstruire après un séjour dans un hôpital psychiatrique, Vincent Van Gogh met fin à ses jours par l’usage d’un revolver. Néanmoins, un doute subsiste sur le caractère volontaire de cette mort. A-t-il été poussé au suicide ? Van Gogh a-t-il été victime d’une balle perdue tirée par des jeunes du quartier ? Reste que la personnalité fragile du peintre fut considérée à l’époque comme la cause principale de cette mort. C’est d’ailleurs dans le petit cimetière d’Auvers-sur-Oise que Van Gogh est enterré.

auvers-sur-oise-van-gogh-paris-zigzag
Village d’Auvers-sur-Oise, Vincent Van Gogh

A lire également:
Van Gogh, ses plus belles œuvres sur Montmartre
Les plus belles oeuvres représentant Paris
Le secret caché au cœur du tableau de Van Gogh

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités