Les secrets du Palais-Royal

Palais Royal et Comédie Française

Le  Palais-Royal, construit par le cardinal de Richelieu en 1628 et légué à Louis XIII à sa mort, n’est clairement pas un palais comme les autres. Sa centralité au cœur de Paris, son histoire multi-centenaire et sa grande diversité architecturale en ont fait l’un des endroits les plus vivants de la capitale. On vous dévoile quelques secrets sur la vie trépidante du Palais-Royal à travers les siècles !

Le Palais-Royal, haut-lieu de la prostitution parisienne

Tout au long du XVIIIe siècle et jusqu’à la révolution de Juillet, le Palais-Royal s’est constitué comme un micro-quartier où le divertissement et le plaisir étaient les véritables rois. Pourquoi ? La raison est double. Premièrement, tous les bâtiments et espaces verts qui gravitent autour de l’ancienne bâtisse royale sont considérés comme faisant partie du « domaine national du Palais-Royal ». Deuxièmement, la police a longtemps eu l’interdiction d’officier dans l’enceinte de ce domaine, ancienne demeure du roi Louis XIV. Résultat, on pouvait (presque) faire ce qu’on y voulait !

Véritable centre du plaisir, du divertissement et du libertinage, le Palais-Royal a concentré plus d’établissements hédonistes et ludiques que n’importe quel autre lieu à Paris. Théâtres, maisons de jeu, cafés, boutiques de luxe, loteries clandestines et commerces d’ouvrages pornographiques se pressaient dans cette centaine de mètres carrés qui a connu des heures particulièrement libérées. Car, le soir venu, cet enclos protégé de la police se transformait en véritable bordel : les filles, descendant des appartements du quartier, se mêlaient aux flâneurs, entraient dans les cafés ou les maisons de jeu, etc. Bref, elle partaient à la chasse aux clients et en trouvaient beaucoup ! C’est d’ailleurs ici que le jeune Napoléon se serait fait dépuceler...

Palais Royal

Les feuilles du jardin ont marqué l’histoire de France

Parce qu’il était un lieu où se réunissait le peuple bourgeois de Paris pour s’amuser, le Palais-Royal a très tôt été le cœur battant de la révolution française. En effet, c’est là que les premiers signes de révolte qui mèneront à la prise de la Bastille ont eu lieu. Le 12 juillet 1789 dans l’après-midi, Camille Desmoulins, jeune avocat parisien, vient d’apprendre que le conseiller Necker a démissionné à Versailles. Pour lui, pas de doute, il a été renvoyé par le roi et le peuple parisien doit reprendre le pouvoir. C’est devant une foule très nombreuse réunie dans les jardins du Palais-Royal, que le futur député de la Convention nationale entonne alors son discours historique.

Debout sur une table, un pistolet à la main, il harangue la foule à prendre les armes pour défendre leurs droits. Il les invite également à revêtir une cocarde en signe de ralliement. Joignant les gestes à la parole, il s’empare, dit-on, d’une feuille de tilleul et la place sur son chapeau. La cocarde verte, couleur de l’espérance, sera le signe de ralliement des révolutionnaires parisiens. Deux jours plus tard, le peuple de Paris s’empare de la prison de la Bastille.

Il s’agit plus d’une légende que d’un fait avéré, Camille Desmoulins ayant lui-même avoué avoir emmené avec lui un ruban vert en guise de cocarde, mais les feuilles des tilleuls du jardin du Palais Royal sont restées, deux siècles plus tard, un symbole fort de la révolte parisienne de 1789.

Jardin du Palais Royal

© Out and About with Mary Kay

Le petit canon méridien du jardin donne l’heure depuis 1785

Vous l’avez sans doute déjà remarqué lors d’une balade dans les jardins du Palais-Royal : un petit canon en bronze posé sur un socle en pierre trône au milieu du parterre central. Pendant plus d’un siècle, ce canon, inventé en 1785 par un horloger qui possédait une boutique dans la galerie de Beaujolais, tonnait tous les jours à midi pile et permettait aux riverains de régler leurs montres.

Considéré comme le meilleur de Paris pour y régler ­sa ­montre, le canon fonctionnait grâce à un ingénieux système automatique de mise à feu. Une loupe, précisément installée dans l’axe du méridien de Paris, concentrait les rayons du soleil qui enflammaient une mèche. Cette dernière mettait alors le feu à une petite charge de poudre noire qui produisait une forte détonation, à midi… pétante !

L’original ayant été volé en 1998, c’est une copie qui se trouve désormais dans le jardin du Palais Royal. Cette dernière continue néanmoins de tonner l’heure chaque mercredi à midi pile grâce à un artificier chargé de déclencher le tir.

Le petit canon méridien des jardins du Palais Roya

Le petit canon méridien des jardins du Palais Royal © Paris côté jardin

À lire également : Les secrets de Notre-Dame de Paris