fbpx

Quels sont les plus vieux musées de Paris ?

Musée des Archives nationales - © Zheltikov Dmitry / Shutterstock.com
Par Lisa B

Chefs-d’œuvre de peinture, squelettes de dinosaures, documents historiques et autres trésors du monde entier sont à découvrir dans plus de 200 musées parisiens. Certains d’entre eux ont traversé plus de trois siècles et connu un passé riche en rebondissements.  Si leurs murs pouvaient parler, ils auraient certainement beaucoup de choses à raconter !

Le musée de Cluny – Musée National du Moyen-Age

Pour comprendre l’histoire du musée de Cluny – musée national du Moyen-Âge, il faut remonter en 52 avant J.C, lorsque Jules César remporte la bataille d’Alésia contre Vercingétorix dans la guerre des Gaules. Forts de cette victoire, les Romains bâtissent Lutèce, leur propre ville, dans le Ve arrondissement actuel. Des habitations sont construites, ainsi que des commerces… et des thermes. Trois de ces “piscines” ont été érigées dans le quartier, dont l’une est encore visible aujourd’hui au musée. Avec le temps, ces bains publics sont tombés à l’abandon jusqu’à leur rachat par Pierre de Chalus au XIVe siècle. Abbé de Cluny, il est chargé de construire une magnifique demeure pour les membres de cet ordre bénédictin lorsqu’ils sont en déplacement à Paris. Après la Révolution, l’hôtel est cédé à Alexandre Du Sommerard, conseiller à la cour des comptes. Fin amateur d’objets d’art du Moyen-Âge, il transforme le lieu en musée en 1832, racheté ensuite par l’Etat en 1843. Son fils, Edmond Du Sommerard, est à la tête de l’établissement pendant près de 40 ans. Il participe à l’enrichissement des collections, en acquérant notamment les célèbres tapisseries de La Dame à la Licorne. À sa disparition en 1885, le musée comptait déjà 11 000 œuvres. Fermé depuis septembre 2021, le musée de Cluny s’apprête à rouvrir ses portes très prochainement !

Musée du Moyen-Age 
28 rue Du Sommerard, 75005
Métro : Cluny-La Sorbonne (ligne 10)

Le musée du Louvre 

Cela n’étonnera personne, mais le plus célèbre des musées du monde est aussi l’un des plus vieux de la capitale. Bien avant de devenir la demeure de Mona Lisa ou de la Vénus de Milo, le Louvre n’était pas moins qu’une enceinte fortifiée ! Érigée à la demande du roi Philippe Auguste avant de partir en croisade, elle devait protéger le cœur de Paris des invasions éventuelles. Inutile de dire que le Louvre a connu de nombreuses transformations depuis ! Par la suite, Charles V est le premier roi à en faire son habitation, plaçant automatiquement le site au rang de résidence royale. Intéressé par les arts, Henri IV, quant à lui, donne au Louvre sa première dimension culturelle en installant une “salle des Antiques” dans la galerie située au bord de Seine. Les souverains se succèdent et certains, à l’instar Louis XIV qui s’installe à Versailles, se désintéressent quelque peu de la demeure de leurs prédécesseurs. Il faut finalement attendre 1793 et la chute de la monarchie pour que l’édifice devienne finalement un musée. À l’origine, seuls le Salon Carré et la Grande Galerie exposaient des œuvres. Sous l’Empire, on le nomme même musée Napoléon ! Aujourd’hui, le Louvre compte près de 400 000 trésors, dont 35 000 sont exposés.   

Pyramide du Louvre à Paris

Musée du Louvre
Rue de Rivoli, 75001 Paris
Métro : Palais-Royal Musée du Louvre (ligne 1 et ligne 7)

Le musée Carnavalet 

Situé dans deux hôtels particuliers au cœur du Marais, le musée Carnavalet retrace l’histoire de Paris et de ses illustres personnages depuis plus de 140 ans. Rare témoin de l’architecture Renaissance, l’édifice situé au 23 de la rue Sévigné est bâti au milieu du XVIème siècle pour un certain Jacques de Ligneris, président du parlement de Paris. Il est ensuite revendu en 1578 à Françoise de la Baume, épouse du chevalier de Kernevenoy. Une déformation linguistique le fait appeler Monsieur Carnavalet ! 

Après être devenue la demeure de Madame de Sévigné, la plus grande épistolière de son temps, la Ville se porte acquéreur de l’hôtel en 1866. Il est alors transformé en musée dès 1880, à l’initiative du baron Haussmann. Dans cette période où Paris est bouleversé par les travaux, de nombreuses pièces archéologiques sont collectées, ainsi que des photographies illustrant les transformations urbaines. Peu à peu, d’autres objets viennent compléter les collections : la chambre de Marcel Proust, la montre d’Emile Zola, le nécessaire de campagne de Napoléon I, ainsi que des milliers d’autres tableaux, pièces de monnaie, gravures, maquettes et autres reliques de la vie de grandes âmes parisiennes. 625 000 œuvres forment la richesse du musée Carnavalet, racontant Paris de la Préhistoire à nos jours. 

https://www.pariszigzag.fr/wp-content/uploads/2018/11/batiment_musees-carnavalet_paris-zigzag.jpg

Musée Carnavalet 
23 Rue de Sévigné, 75003
Métro : Saint-Paul (ligne 1)

Le Muséum national d’histoire naturelle

L’idée d’établir un jardin royal des plantes médicinales est née dans l’esprit de Guy de la Brosse, l’un des médecins de Louis XIII, qui réussit à convaincre le souverain de l’utilité du lieu. Ouvert au public en 1640, le nouveau jardin accueille plusieurs milliers de plantes utiles à la santé, mais aussi à la recherche pour les futurs médecins ou enseignants. En 1793, un décret fait naître le muséum national d’histoire naturelle voué à la démocratisation des savoirs. Face aux nombreuses explorations et découvertes de l’époque, les espaces du château d’origine ne sont plus suffisants pour accueillir les vastes collections. Entre 1833 et 1837, Charles Rohault de Fleury fonde une nouvelle galerie de minéralogie, qui s’avère être le premier bâtiment français spécifiquement dédié à un musée. Puis, le Muséum s’étend de plus belle entre 1877 et 1889, lorsque Jules André fait construire la galerie Zoologique – actuelle Grande Galerie de l’évolution – ainsi que celle de Paléontologie et d’anatomie comparée. Les curiosités du Muséum vont très rapidement fasciner les visiteurs du monde entier, qui découvrent des espèces jusque-là méconnues. La galerie de Botanique est composée d’un herbier de 57 000 espèces et d’une mycothèque comprenant 4 000 souches vivantes. La collection de fossiles comporte quant à elle plus de 2,7 millions de spécimens dont : 30 000 mammifères, reptiles, oiseaux et poissons, 2,5 millions mollusques, 200 000 plantes fossiles et 30 000 foraminifères. Ça en fait du monde ! 

Muséum national d’Histoire Naturelle 
57 Rue Cuvier, 75005
Métro : Austerlitz (ligne 5 et 10, RER C) – Place Monge (ligne 7)

Le musée des Archives Nationales 

Testament de Napoléon, édit de Nantes, dernière lettre de Marie-Antoinette… Le musée des Archives Nationales renferme la mémoire du pays et des grands événements qui ont marqué son histoire. Des milliers de rayonnages conservent des documents à la valeur inestimable. L’hôtel particulier dans lequel il est installé a été bâti à la fin du XIVème siècle pour un certain Olivier de Clisson, avant qu’il ne passe aux mains de la famille de Guise, connue pour son rôle dans les guerres de Religion. On dit d’ailleurs que c’est entre ces murs que la nuit de la Saint-Barthélemy fut organisée… Finalement, faute d’héritier, l’hôtel est vendu à Anne de Rohan, épouse de François de Rohan, le prince de Soubise. C’est lui qui donne son nom définitif à l’hôtel ! En 1808, l’édifice devient propriété de l’Etat. A la demande de Napoléon Ier, on y installe les archives regroupant les documents fondateurs de la nation. Il faut attendre 1867 pour que le marquis Léon de Laborde, directeur des Archives de l’époque, fonde le musée de l’Histoire de France, suite logique pour ce bâtiment historique. 1 800 documents sont ainsi présentés au public afin d’offrir, selon les termes de Laborde, un “abrégé des preuves de l’histoire de France”. Le parcours du musée, rebaptisé musée des Archives nationales en 2009, permet également de prendre conscience de l’évolution de l’écriture et des supports, ainsi que du travail titanesque des archivistes pour conserver ces trésors depuis plusieurs siècles.

Crédit : Zheltikov Dmitry / Shutterstock.com

Musée des Archives nationales 
60 Rue des Francs Bourgeois, 75003
Métro : Rambuteau (ligne 11)

D’autres établissements comme le musée Grévin, inauguré en 1882, ou le musée de la minéralogie, fondé en 1794, offrent à la capitale un rayonnement culturel unique au monde !

L.B

À lire également : Les femmes artistes dont l’oeuvre s’admire au Musée du Louvre
Où découvrir tous “les plus vieux” de Paris ?
5 trésors à découvrir au Jardin des Plantes



Visite Guidée
Paris la nuit avec du brouillard

Le Paris du crime

Je m'inscris

News populaire